Saint-Nazaire. «L’attractivité, ça ne se décrète pas, ça se construit»

Postée le 09 janv. 2017
Le centre-ville va considérablement évoluer avec l’arrivée d’étudiants, la création d’une maison de la jeunesse, d’un quartier numérique et d’espaces ludiques et arborés. L’entrée de ville et la gare seront réaménagées pour améliorer l’accueil et le confort des usagers. Le centre-ville doit devenir une destination pour tous agréable et conviviale. © addrn.

Le centre-ville va considérablement évoluer avec l’arrivée d’étudiants, la création d’une maison de la jeunesse, d’un quartier numérique et d’espaces ludiques et arborés. L’entrée de ville et la gare seront réaménagées pour améliorer l’accueil et le confort des usagers. Le centre-ville doit devenir une destination pour tous agréable et conviviale. © addrn.

Le centre-ville de Saint-Nazaire s’embellit. Logements neufs, gare rénovée, quartier numérique et place du Commando, de nombreux travaux ont commencé. Le maire David Samzun revient sur la stratégie globale de développement de la ville.


Quel est votre objectif prioritaire pour le centre-ville de Saint-Nazaire ? 

  • Mon objectif c’est d’amener dans le centre-ville le plus grand nombre de personnes en misant sur la qualité des espaces. Cet engagement est clairement défini dans une délibération cadre adoptée au conseil municipal de décembre 2014.  Je souhaite que le cœur de Saint- Nazaire devienne un lieu animé où  toute la famille trouve plaisir à venir. Une aire de jeux sera implantée sur l’esplanade des Droits de l’Homme et du Citoyen – Nelson Mandela. Une maison de la Jeunesse sera créée rue d’Anjou près de rue de la Paix. C’était une promesse de campagne, nous la tenons. Enfin à la rentrée 2020, 700 étudiants de l’école d’ingénieurs CESI viendront s’installer dans le Paquebot. 

En plus de ces structures, vous créez un quartier spécifiquement dédié au numérique ? 

  • Oui parce que j’ai une certitude : un centre-ville, ce n’est plus la juxtaposition de vitrines. Nous devons imaginer ce qu’il sera demain : lieu commerçant, lieu de vie, d’activités et de rencontres. Nous voulons aussi qu’il soit un quartier numérique. Des start-up s’installent déjà et amènent cette transition numérique. Il faut leur faire de la place parce qu’elles sont à la fois des locomotives du centre-ville et des emplois.  Sur le plan industriel, la réalité virtuelle est présente à Montoir avec le le CIRV. STX et Airbus utilisent déjà cet équipement et plus largement les outils numériques. Il faut se préparer à former les jeunes et les salariés aux métiers et à l’économie de demain. Créer un quartier numérique à proximité de la gare, du front de mer et du futur port de plaisance, c’est une des réponses à cet enjeu et ça contribuera à faire de Saint-Nazaire une destination du numérique. 

Modernisée et agrandie, la gare va bénéficier d’un nouvel accès par le nord.
Modernisée et agrandie, la gare va bénéficier d’un nouvel accès par le nord. 

Un gros travail est également entrepris sur l’entrée nord de la ville, la gare et le port ? 

  • Les aménagements sont nombreux. Sur le port, dans la zone industrialo-portuaire, le boulevard des Apprentis va être déplacé pour plus de sécurité, de confort et une meil- leure logistique chez STX notamment. Nous avons réussi ensemble, Région, Département, Chambre de Commerce, Grand Port Maritime, la CARENE et la Ville, à rassembler des sommes financières considérables qui profiteront à tous les utilisateurs du quartier de Méan-Penhoët, ses habitants et ceux qui viennent y travailler.  Tout le monde attend par ailleurs les aménagements de la gare. L’entrée de ville n’est pas plaisante, elle est dure. Nous allons amener du végétal, de la couleur et plus de confort, que ce soit pour les piétons, les vélos ou les automobilistes. 


À partir du printemps 2018, du matin au soir, on pourra profiter de la place du Commando et de ses nouveaux commerces. © Phytolab / Topos / Air Studio 

Et côté front de mer, on en est où ? 

  • Le front de mer avec la place du Commando, c’est notre pépite. Je vous donne rendez-vous au printemps 2018 pour profiter de cette place. Les travaux ont démarré. On livrera les espaces aux commerçants en fin d’année 2017.  Nous sommes une ville d’emploi, une ville industrielle, mais aussi une ville de plaisir et nous aurons également l’occasion l’année prochaine d’aller nous baigner dans un centre aquatique tout neuf autour du parc paysager. 

Pour développer l’attractivité de Saint-Nazaire, vous comptez sur les partenaires ? 

  • L’attractivité d’une ville, d’une agglomération, ça ne se décrète pas, ça se construit. Et ça se construit en jouant collectif. Ma responsabilité première c’est d’exprimer une vision politique et de dégager les moyens nécessaires. Mais je ne peux pas le faire seul. Tous les acteurs doivent se mobiliser, les acteurs portuaires, les chambres consulaires, mais aussi les grands donneurs d’ordre, les artisans et les commerçants. C’est ensemble que nous construisons cette attractivité, chacun dans sa responsabilité et son niveau de compétence. 

Avec l’emploi comme objectif final ? 

  • Cette attractivité est au service de l’emploi, c’est la priorité absolue de ce mandat. Des investisseurs, promoteurs immobiliers et acteurs économiques viennent frapper à la porte de Saint-Nazaire. Même si la situation est bien meilleure que celle que nous avons connue sur le bassin d’emploi nazairien, le nombre de personnes cherchant un emploi reste une préoccupation majeure. La diversification économique est donc un défi permanent. Saint-Nazaire, grand bassin industriel, va devenir, j’en suis convaincu, non pas une station balnéaire, mais une ville de destination balnéaire, de destination touristique. Cela doit bénéficier à l’ensemble de la population qui vit ici toute l’année. Et c’est maintenant qu’il faut investir pour préparer demain. 

Front de mer III : la place du Commando prend forme 

© Phytolab / Topos / Air Studio

La 3e phase de travaux du front de mer s’achèvera avec l’aménagement de la place du Commando sur laquelle cinq emplacements commerciaux seront installés avec une ouverture des commerces programmée au printemps 2018.  Cette place deviendra donc la destination des âneurs en quête de détente et de convivialité. Avec un accès direct à la plage, elle accueillera deux bars, deux restaurants brasse- ries et de la vente à emporter (glaces, etc.). Les candidatures pour l’attribution des commerces sont encore à l’étude.  Des arbres seront plantés à l’arrière de la place pour ne pas gêner la vue sur mer et les monuments aux morts légère- ment déplacés pour être regroupés au même endroit pour permettre la tenue de cérémonies commémoratives. Sur la plage, des parasols équipés de panneaux solaires seront installés pour recharger les portables.  Un endroit idéal pour passer toute l’année de bons moments en famille ou entre amis ! 

Îlot Lebon 

Le bon passage

L’accès au Bon passage est fermé depuis début décembre. Tous les locaux commerciaux ont été acquis par la SONADEV. L’association profes- sionnelle d’insertion par l’économique (APIE) a participé à cette fermeture avec l’installation des palissades. Le chantier va permettre de valoriser l’îlot Lebon et de créer 12 logements au cœur du centre-ville n 2018. 

Îlot Willy-Brandt 

Ilot Station service - Willy Brandt
L’Îlot station-service va changer de visage. Les bâtiments qui l’occupent sont en cours de démolition. Ils laisseront place à un hôtel 3*, 6 000 m2 de bureaux et 40 logements sociaux. Ces nouvelles constructions marqueront un « geste architectural fort » pour le maire David Samzun. Une consultation de promoteurs est lancée pour arrêter le choix dé nitif de l’opérateur immobilier et du projet architectural avant l’été. 

CESI 

L’école d’ingénieurs du CESI, actuellement installée sur le pôle universitaire de Saint-Nazaire, s’apprête à rejoindre le centre-ville pour la rentrée 2020. Dans le cadre de son développement, elle aura ses locaux dans le Paquebot, au premier étage, à la place de l’agence d’urbanisme ADDRN. Le CESI passera alors de 400 étudiants à plus de 700. 

Soutenir la vitalité commerciale


Des actions sont également engagées pour soutenir la vitalité commerciale du centre-ville.  Le taux de vacance constaté dans le cœur marchand de Saint-Nazaire est passé de 15% en 2014 à 8% en 2016.. 



 


Catégorie : Générale